Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Mémoire

30/01/2017 | Mémoire

Le 30 janvier 2002, mon père nous quittait, simplement, le matin, en un quart d'heure, à 74 ans. La veille, il avait regardé les informations et en avait parlé avec ma mère, toujours intéressé et préoccupé, comme à son habitude. Peut-être que son sens de la justice souffrirait encore davantage s'il vivait aujourd'hui. Si, vingt-sept ans après la fin décrétée du régime communiste, la Roumanie cherche toujours à s'en dépêtrer sans y parvenir réellement, on peut imaginer l'état des choses en 2002..

J'ai relu cette lettre qui figure parmi les Témoignages sur mon blog principal. Je ne la supprime pas, elle est toujours d'actualité. Je crois que j'aimerais juste savoir si cet agent-là de la Securitate (des Services), à l'origine de mon expatriation, est encore en vie. Finalement, peu importe s'il est mort, ou s'il a prospéré, en se convertissant en député.. J'ignore quelle aurait été mon histoire, liée à celle de mon fils, si à un moment bien précis, la haine, l'abus et l'injustice n'avaient pas agi de concert contre mes droits, au niveau du Rectorat de la "ville rouge" et de son Tribunal.. Ce serait une histoire alternative, comme on construit en thérapie narrative..Mais, au vu du présent, je pense n'avoir aucune raison valable de regretter une histoire qui aurait pu être, hormis la perte des êtres chers. 

 

09:06 Publié dans Winter 2016/2017 | Lien permanent | Commentaires (2)