Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Harvest Moon 2021

21/09/2021 | Harvest Moon 2021

"(...) Mais le souvenir n’est rien d’autre qu’une espèce d’imagination, appuyée sur du réel et bloquée par l’histoire. Chacun crée sa propre histoire, chacun invente son réel. Vous savez bien qu’il y a autant de César ou d’Auguste qu’il y a d’historiens, que la Révolution française n’est pas la même vue d’un côté ou de l’autre, et que Charlemagne n’avait pas de barbe. Rien n’est plus difficile que de retrouver le passé, son parfum inimitable, son allure, ses mystères. Nous avons déjà du mal à nous souvenir de ce que nous avons vu et connu. Comment nous souviendrions-nous de ce que nous racontent les livres, les fouilles, la tradition, les chroniques et les Mémoires de témoins qui sont autant de partisans ? Nous inventons nos passés. (...)

Quand on est jeune, le mois suivant semble perdu dans l’avenir. A mesure que vous vieillissez, les semaines, les mois, les saisons, les années accélèrent leur allure et se bousculent autour de vous. Le printemps et l’hiver se succèdent plus vite pour le vieillard que les jours au temps de l’enfance. Ils sont à peine écoulés que déjà ils reviennent. C’est ce qui se passe pour moi avec les années, avec les siècles. Je vois défiler les modes, les passions, les croyances, les religions. Je vois le sacré s’évanouir, la nouveauté s’émousser, le progrès se changer en routine, les esprits se retourner et découvrir avec enthousiasme ce qu’ils avaient abandonné, trente ans plutôt, avec lassitude ou dégoût. Tout roule et dégringole, tout surgit et disparaît à des vitesses prodigieuses. (...) 

C’est comme si vous compariez ce que vous avez fait hier avec ce qui s’est passé il y a quelques années, avec la Recherche du temps perdu ou la fin de Hitler. Un autre monde, bien sûr. Et pourtant toujours le même. »

Jean d’Ormesson de l’Académie française, Histoire du Juif errant, roman, Gallimard, 1990

16:30 Publié dans 2021 | Lien permanent | Commentaires (0)